L'ingénieur engagé
pour la gestion durable
des ressources naturelles

École Nationale Supérieure en Environnement, Géoressources et
Ingénierie du Développement Durable

Vous êtes ici

Evénement
Vendredi 16
novembre 2018

Les élèves de l'ENSEGID aux 24H de l'Innovation au Centre de la Terre

Cette année, 14 élèves-ingénieurs de l'ENSEGID ont participé aux 24H de l'Innovation au Centre de la Terre proposé par le Pôle Avenia !

Pendant 24 heures, 150 étudiants phosphorent chaque année sur de vrais sujets et problématiques d'entreprises dans des domaines liés aux filières énergétiques du sous-sol et proposent des solutions créatives et innovantes.

 

ENSEGID aux 24H de l'Innovation

Le plus de cet événement ? La possibilité de travailler avec des étudiants issus de cursus scolaires différentes et venus de toute la France, comme de l'étranger ! Cette rencontre permet d'envisager de nouveaux horizons et de travailler pour et avec des grandes entreprises comme Total ou Schlumberger, mais aussi avec des start-ups innovantes comme GéoEspace et BOPS. - Aurélie Labeur

 

L'équipe « French Qualitat » avec Matthieu Chicouene (ENS1) est arrivée troisième avec un sujet porté par SpotLight Earth !

Matthieu nous raconte son expérience :

Durant 24 heures, nous avons travaillé en équipe sur la problématique suivante : « Comment passer de l’underground bashing à l’underground shining ? » Autrement dit comment revaloriser l’image du sous-sol.

Les personnes travaillant dans les Sciences de la Terre ne représentant qu’une infime partie de la population. Nous sommes donc partis du principe que ce « bashing » venait principalement d’une mauvaise information des médias comme des entreprises.

Entre 2 et 3 heures du matin, nous avons donc opté pour la création d’un Label Sous-Sol Responsable, destiné aux entreprises en géosciences. Il est organisé autour de 3 axes : la transparence des activités, la collaboration des établissements signataires et la sensibilisation des plus jeunes à l’importance du sous-sol. Le cahier des charges du label contiendrait toutes les normes à respecter, des émissions de gaz à effet de serre aux conditions de travail des employés.

Ce label SSR est destiné aux grandes entreprises soucieuses de redorer leur image auprès du grand public, comme aux start-ups désirant intégrer dès leurs débuts une certification fiable du Développement Durable.

 

« L’équipe en Béton » avec Aurélie Labeur (ENS3), Paul Daguinos (ENS2), Eloïse Bureau (ENS1) et Lucile Volut (ENS1) a obtenu le Prix de Chimie avec l’entreprise BOPS.

Aurélie nous raconte :

« Comment remplacer les additifs chimiques des ciments de forages par des déchets humains ? ». Le but de l'opération étant une "dépollution" de la nature en réutilisant des déchets polluants et en arrêtant la synthèse de produits chimiques pour ces ciments.

On a choisi de travailler sur les thermoplastiques : des plastiques non recyclés car trop difficiles, voire impossibles à réutiliser. On les trouve notamment dans les carcasses d'avions, de voitures, de bateaux, et dans certains produits domestiques.

On s'est rendu compte qu'il y avait des molécules dans ces plastiques similaires, voire identiques à celles des additifs, d'où notre choix. L'atout majeur de ce procédé est d'emprisonner des déchets nocifs pour la nature dans les ciments de forage, sous forme de poudre, plutôt que de les entreposer à l'air libre... et ce, à moindres coûts !

 

« Zipwell » avec Guillaume Ringuet (ENS2) et l’entreprise Schlumberger

L'équipe a phosphoré autour d'une problématique sur « La compression intelligence des données de puits ». L'équipe a proposé un dispositif permettant de filtrer les données, de manière automatisée via une sonde et un dispositif de traitement informatique. 

 

Baptiste Beaufrère (ENS3) et son équipe ont remporté le prix Big Brother avec leur application

Le but ? Trouver une solution pour que les entreprises aient l'assurance que leurs employés évoluent dans de bonnes conditions et travail, et notamment en sécurité dans leurs déplacements.

 

Maxime Salério (ENS3) et son équipe ont gagné le Prix du Digital pour la start-up GéoEspace

Ils ont imaginé un dispositif permettant de caractériser un polluant et sa dispersion dans les océans, par des méthodes de télédétection.

 

Marine Prieur (ENS3) et son équipe

Ils ont travaillé sur un programme informatique permettant de réaliser des corrélations stratigraphiques, en se basant sur

Publiée le
26 novembre 2018